• visiter
  • lieux à voir
  • infos budget
  • infos transports

SICILE

La Sicile en famille

Après avoir visités Venise il y a quelques semaines, nous continuons avec l’Italie du sud et la Sicile. Cette fois-ci nous sommes accompagnés de nos 2 enfants de 4 et 6 ans. Une formidable aventure pour eux qui souhaitaient découvrir les volcans. Voilà notre récit de 8 jours de voyage en Sicile.

Arrivée en Sicile et visite de Cefalu (J1)

Arrivés à l’aéroport de Palerme via un vol avec Easyjet, nous récupérons notre Jeep au stand Hertz et nous filons aussitôt à Cefalù sous un ciel couvert.

Nous arrivons par le haut de la ville, route du phare où nous avons une très belle vue sur la ville. Quand les grecs débarquèrent devant ce rocher, ils y virent une tête (on a regardé dans tous les sens, mais on ne voit pas de forme de tête !). Ils nommèrent leur colonie Kephaloidon (kephalê en grec c’est la tête) qui devint plus tard Cefalù

Nous nous garons sur la route du phare, à proximité de restaurants, juste avant l’entrée piéton de la ville, munis de parapluies ! La pluie ne va pas tarder et un vent très fort souffle, les vagues se gonflent et éclatent sur le promontoire…

Notre première pause est une pause restaurant, les enfants ont très faim (et nous aussi). A midi, les restaurants sont vides et parfois n’ouvrent qu’à partir de 12h30.

Après le repas, petite balade dans le centre pour découvrir la cathédrale qui a été construite entre 1131 et 1267. La place et la cathédrale sont très belles, avec ces palmiers qui donnent un air de plaza real barcelonaise.

Nous marchons tout d’abord sur le parvis du Duomo qui était autrefois un cimetière constitué de terre de Jérusalem, réputée pour accélérer la momification ! Puis, nous visitons le bâtiment.

Nous continuons ensuite par le Corso Ruggero, avenue à emprunter pour se déplacer dans le centre historique, pleines de boutiques. Nous rejoignons le bord de mer où les vagues se déchaînent !

Nous remontons la rue Vittoto Emanuele pour voir le lavatorio Medievale, un lavoir alimenté par les eaux de Cefalu,  un ruisseau qui est décrit en latin en haut de l’escalier « Plus salubre qu’aucune autre rivière, plus pure que l’argent, plus froid que la neige » Les femmes chantaient en frottant leur linges sur les grattoirs de pierre, il y a de ça encore quelques dizaines d’années.

Petite accalmie qui laisse place un peu au soleil pour voir la Porta Pescara, une très belle porte en pierre avec un super point de vue sur la mer.

En remontant direction le phare, nous montons en haut d’un bastion : Bastione Marchiafava du XVIIème qui renforçait les défenses de la cité. Très belles vues sur les anciennes maisons de pêcheurs.

La Rocca faisait partie de notre planning, mais au vue du temps pluvieux et de la fatigue des enfants, nous avons préféré ne pas faire cette visite (plus d’une heure de montée). Bien dommage car apparemment la vue est magnifique du haut de la colline.

Après 2h de visites, départ pour Milazzo, les enfants ont bien mérité un peu de repos pour aujourd’hui ! (et nous aussi !). Visionnage de Peabody et Sherman, une dessin animé où le personnage d’Ulysse est présent. C’est une bonne transition pour discuter de l’Odyssée avec les enfants Un peu d’histoire en vacances, ça ne fait pas de mal, qui plus est en Sicile !

Nuit au B&B Liberty Palace  (superbe adresse pas très loin du départ des ferries)

Milazzo et îles éoliennes??? (J2)

Ce matin, le temps est maussade : le ciel est gris, le vent souffle un peu. A 7h du matin, la compagnie de ferry ne sait pas encore si un ferry est prévu pour aller à Lipari et Vulcano . C’est mal parti…8h30 : c’est confirmé aucune ferry ne sort du port, d’autant plus que nous ne sommes que 10 personnes à vouloir embarquer. Notre programme avait prévu une excursion dans les îles éoliennes mais la compagnie maritime en a décidé autrement…

A défaut de pouvoir faire la montée sur le volcan Vulcano, de se baigner dans la boue et de faire un tour de Méhari sur l’île de Lipari, nous rejoignons à pied le château du Borgo Antico à Milazzo. Nous longeons les quais du bord de mer où nous pouvons assister au ballet des vagues déchaînées ! C’est très impressionnant et les enfants ont adorés voir ces vagues énormes se briser sur la promenade.

Nous montons les plusieurs dizaines de marches qui conduisent au château.

Cette cité abritait les palais des familles des citoyens d’honneur.

En longeant les remparts, on aperçoit la mer et les îles éoliennes.

Dans un des bâtiments de la cité, un intermittent du spectacle présente ses créations issus de la tradition sicilienne : des masques en cuir ou en bois qui racontent chacun une histoire (en français !), le tout accompagné de musique jouée par les spectateurs eux-mêmes. Un vrai régal pour les enfants qui se sont donnés à cœur joie avec les instruments de musique qui leur avaient été confiés !

Près de l’entrée de la forteresse, le duomo antico accueille des expositions temporaires.

Juste après cette visite, l’orage arrive et une averse de 15min s’abat sur la ville. On s’abrite comme on peut avec les enfants, le temps que ça passe ! Après le repas, et une fois passé l’orage, nous nous baladons au Cap Milazzo situé à l’extrémité de la ville.

Le Cap était considéré comme le pâturage des troupeaux du Dieu Soleil, et on comprend pourquoi ! Nous traversons une étendue d’oliviers (où les enfants s’en donnent à cœur joie en grimpant sur presque chaque arbre !) avant d’arriver sur les flancs de la falaise. Superbe vue sur les îles éoliennes.

Un escalier nous amène dans une petite crique, idéale pour la baignade (par temps calme !). Le vent fort et les vagues un peu violentes ne nous permettent pas d’accéder plus près.

Après une jolie balade, une entorse de cheville (et oui, une marche ratée ça ne pardonne pas !) nous aura empêché de continuer notre balade pour visiter le sanctuaire Sant’Antonio di Padova, où Antoine de Padoue aurait trouvé refuge après un naufrage en 1221, en contre bas.

De retour à notre appart hôtels pour packer les valises et soigner la cheville !

Taormina, au pied de l’Etna (J3)

Ce matin, après 1h30 de route et un pied immobilisé, nous voilà arrivés à Taormina, et là, bonheur : du soleil ! On récupère notre appart ToviMar (bien situé mais un peu vieillot)

Nous nous garons sur la place où se trouve le funiculaire que nous empruntons pour monter à la cité. Du funiculaire, une vue très appréciable sur la mer.

Arrivés en haut de la cité, nous sommes émerveillés (un de nos coups de cœur de Sicile), les maisons sont en pierre, les rues sont pavées, les rayons du soleil et la foule en visite nous offrent comme un air estival (à part ce satané parapluie qui sert de béquille à cette cheville meurtrie).

La cité de Tauromenion a été fondée par les colons Naxos sur le mont Tauros après avoir été chassé par le Tyran de Syracuse au IVème siècle. Romains, Byzantins, Arabes puis Espagnols… plusieurs peuples rasent/reconstruisent cette ville pour en faire ce qu’elle est aujourd’hui.

Nous nous dirigeons au Théatre Gréco Romain, un des plus beaux et mieux conservés de Sicile avec sa vue exceptionnelle sur l’Etna et la mer depuis les gradins. On pourrait y rester des heures à contempler le paysage à part quand des petites voix vous demandent « Aller, on y va ?! »

Après une pause pizza dans un des restaurants prisé de la ville (les photos de célébrités en témoignent), nous allons visiter le parc Villa Communal, un jardin à l’anglaise où statues,  kiosques et pavillons sont posés par ci par là. C’est Florence Trevelyan qui lègue le jardin à la ville à sa mort à condition qu’aucun arbre ne soit arraché. Très belle promenade.

Nous redescendons ensuite pour rejoindre Isola Bella, 10min à pied du téléphérique. En ce 25 octobre où il fait 26°C les enfants ont le plaisir de se baigner et traversent la presqu’île tels des pirates découvrant la terre !

Nous ne tardons pas trop en cette fin d’après-midi car  nous allons faire un tour à l’hôpital. Après 3H d’attente et aucun diagnostique pour la cheville de Sand, nous décidons de rentrer à l’hôtel et de se reposer avant notre ascension de l’Etna demain.

Ascension de l’Etna et direction Syracuse (J4)

7h30, nous partons pour le refuge sud de l’Etna . il faut compter bien 1h30 de route. La route est facile et agréable, il n’y a aucun problème. Cela nous rappelle parfois les paysages lunaires de l’Argentine.

Au refuge de Sapienza, il y a de tout : snacks bar, magasins de souvenirs, location de vêtement anti froid…

N’hésitez pas à vérifier les Web-Cam du refuge pour voir si le temps est dégagé pour visiter. Le matin c’est idéal. Après 11h/12h le cratère commence se couvrir, un peu comme la Soufrière en Guadeloupe.

Sur le parking, nous changeons nos tenues pour enfiler nos vêtements de neige (et oui, bonnet, gant, écharpe, manteau de neige…) car malgré ce beau soleil en bas du volcan, il faut savoir qu’ au sommet, température prévue oscille entre -5 et 5°C sans compter un vent fort qui vous refroidi encore plus.

A 9h nous commençons l’ascension en téléphérique jusqu’à 2444 m, à la Montagnola  puis nous montons dans un mini bus qui nous monte au pied du cratère.

De là, nous faisons le tour du cratère à pied avec les guides. Il faut compter bien 30/40 min de marche.

Puis, nous revenons à la Montagnola où nous déjeunons sur une terrasse en plein soleil, comme un air de vacances au ski, avec la neige mais sans les skis !

Lire mon article sur comment visiter l’Etna (tout est expliqué pour ceux qui veulent y accéder en voiture, vélo, à pied ou par agence)

Après être redescendu par la téléphérique, nous allons voir le film en 7D pour découvrir le volcan. On n’a pas vraiment trouvé 7 dimensions. Musique super forte, secousse, air… On s’attendait à la visite virtuelle d’un volcan avec des odeurs de souffre, de la chaleur…Mais avec des lunettes 3D jetables et une qualité de film médiocre, on est vraiment déçu de l’animation qui n’est pas vraiment donné en plus.

Nous repartons en passant par un cratère au pied du parking dont l’accès est gratuit, c’est le cratère Silvestre.

Direction Syracuse, mais auparavant, nous allons faire une pause à la rivière des cyclopes (entre Acitrezza et Acicastello) , le temps de raconter une des aventures d’Ulysse qui se serait déroulée à cet endroit. Lors de son Odyssée, il aurait crevé les yeux du cyclope, le fils de Poséidon qui avait mangé un de ses compagnons… Glauque, mais tellement excitant pour nos deux jeunes garçons !

Arrivés à Syracuse, nous passons la fin de journée à flâner dans les ruelles d’Ortigia (un autre coup de cœur de Sicile). Nous entrons dans Ortigia côté du temple d’Apollon.

La piazza Archimède bornées d’édifices de différentes époques avec en son centre la fontaine Diana de 1906 qui évoque la nymphe Aréthuse.

La piazza del Duomo, avec ses couleurs solaires lorsque le soleil se couche : une beauté pour les yeux.

De la pointe d’Ortigia, nous avons un superbe spectacle, un beau coucher de soleil sur la mer. Le long des remparts, des restaurants guettent les touristes.

Nuit à la Casa Archimede (bon appart hotel tout refait à neuf)

 

Syracuse et Ortigia (J5)

Ce matin, direction les catacombes de San Giovanni. L’église fut détruite par un tremblement de terre en 1693. Elle devait être très belle car même les ruines ont du charme.

Une crypte, creusée au VIème conserve les restes de Saint Marcien, premier évêque de Syracuse, qui était venu évangéliser à la demande de l’apôtre Pierre cette partie de l’île.

Les reliques sont stockées dans un sarcophage lui-même muni d’une ouverture permettant aux fidèles de les toucher !

Une visite guidée au cœur des catacombes, deuxième plus grande d’Italie après celles de Rome (vous n’y trouverez pas de squelettes) nous explique comment étaient creusées les sépultures. Très intéressant comme visite mais dommage que la guide ne parlait pas français. On passe un peu de temps à traduire aux enfants au fur et à mesure des explications.

Ces catacombes furent construites en suivant le tracé d’un ancien aqueduc grec par les habitants.

Des niches rectangulaires étaient creusées dans la pierre (les loculi) et fermées par des plaques de terre cuite, de pierre ou de marbre.

Pour les plus riches , les sarcophages étaient positionnés dans les cavités surmontées d’un arceau, souvent elles étaient peintes. On peut y voir des « arcosolia » voir plusieurs membres d’une même famille.

Après déjeuner, nous avons fait le tour d’Ortigia en bateau. Plusieurs agences proposent leur services avec des stands sur le port.

Durant la balade, le guide nous raconte un peu l’histoire d’Ortigia avec ses anecdotes.

Un rocher en forme de dauphin (il faut bien regarder), une grotte, un cœur et même un éléphant…

Après cette balade digestive, direction le parc archéologique de Néapolis. Sur place, des boutiques souvenirs, des snack, des vendeurs de jus d’orange sont positionnés à l’entrée du site.

Néapolis (ou nouvelle ville), était une cité construite sous l’époque du tyran Gélon qui rapatriait sans cesse les habitants des villes qu’il avait conquit, ce qui augmenta fortement la population de Syracuse.

Les latomies (taille de la pierre) étaient le résultat de l’extraction du calcaire dans des carrières. Les esclaves creusaient la pierre pour les besoins des constructions ce qui en résultaient des grottes gigantesques, comme celle de la grotte de Dyonisos. N’hésitez pas à tester l’acoustique de la grotte, les sons font échos, aux grands plaisirs des enfants !

Du théâtre grec ne restent quasiment que les gradins. Les espagnols le démantelèrent pour consolider les fortifications de la presqu’île d’Ortigia.

Cette petite maison est un des 8 moulins à eau qui avaient été construits par un aristocrate pour remettre en état l’aqueduc. Pour s’approprier le monopole de l’eau et accessoirement celui du  blé.

 

Nuit au B&B Villa Concordia (très belle adresse avec piscine et petit déjeuner copieux)

Agrigente et Scala dei Turchi (J6)

Ce matin, direction la vallée des temples. On se gare sur le parking réservé aux touristes. Le parking est payant et on vous propose sur ce même parking de vous emmener en taxi jusqu’à l’entrée du site qui se situe à 2km. Ce n’est pas la peine, on rejoint le site à pied après la billetterie du parking.

Et sur le site on découvre l’un des plus grands sites archéologiques de Sicile avec celui de Selinonte. La ville d’Agrigente a été construite au sommet d’une colline avec des temples grecs plutôt bien conservés.

On y trouve entre autres le temples d’Hera et Heracles ainsi que le plus photogénique de tous, le temple de la concorde avec la célèbre statue d’Icare (statue déposée en 2011 pour symboliser la chute d’Icare).

Dans le parc, de multiples oliviers centenaires offrent un peu d’ombre pour se reposer et il y a également un snack pour se restaurer.

La visite aura duré une grosse matinée et on préfère rejoindre la Scala dei Turchi à Porto Empedocle pour que les enfants puissent se rafraîchir un peu.

Ce sont des falaises en forme d’escalier d’une formidable blancheur. En contrebas, de belles plages de sables fins permettent aux touristes de se baigner. On est fin Octobre et avec une météo ensoleillée on peut encore se baigner en Sicile. Quel bonheur pour les enfants!

On passe la nuit à Agrigente et plus précisément à Villaggio Mosè (Villa Concordia). Bon point de chute pour pouvoir visiter la vallée des temples.

Sélinonte (J7)

Aujourd’hui on quitte Agrigente pour nous rendre dans le plus grand parc archéologique d’Europe par sa surface. Sélinonte est immense et un service de voiturette propose de vous transporter sur chaque point de visite du site. On ne se prive pas de ce service qui permet aux enfants de pouvoir visiter Sélinonte sans râler!

Autant vous le préciser tout de suite, ce site nous a un peu déçu. On s’attendait à un état de conservation bien meilleure. Il reste vraiment que des ruines hormis le temple E qui a été reconstitué par anastylose. Certaines zones sont un peu laissées à l’abandon avec la végétation qui est en train de reprendre le dessus sur les ruines…

C’est ce qui fera aussi son charme peut-être pour d’autres…

Grace à la voiturette, on a pu visiter le site en seulement 2 petites heures ce qui nous permet de filer vers Marsala et ses marais salants.

On arrive en début d’après-midi à Marsala pour visiter un moulin au milieu des salines. La saline della Laguna est une grande étendue de marais située sur la « route du sel ». On peut visiter ce moulin qui propose une vidéo en français de l’exploitation du sel puis on peut monter en haut du moulin pour quelques photos. La visite est intéressante pour les enfants qui découvrent l’origine du sel quotidien.

La journée a été éprouvante avec pas mal de route et de visites, on ne s’attarde pas et on récupère notre chambre à la villa Speranza (Trapani). L’adresse n’est pas terrible mais le restaurant qui se trouve à côté propose une bonne carte des produits siciliens.

Palerme, pour le départ (J8)

Notre voyage tire à sa fin, on part pour Palerme avec une halte en route pour Monreale et sa cathédrale d’architecture arabo-normande. Un parking payant en bas du village vous permet de vous garer puis d’accéder via des marches à la cathédrale et au centre du village.

Il nous reste seulement quelques heures avant notre vol donc on préfère se rendre dans Palerme pour visiter la Cathédrale qui est magnifique ainsi que le palais des Normands. On ne disposait pas d’assez de temps pour une visite plus approfondie de Palerme. Ce n’est que partie remise.

Notre voyage a été très agréable niveau météo pour une fin de mois d’Octobre. Il y a des lieux vraiment magnifiques comme Isola Bella ou Ortigia et des excursions à ne pas manquer comme l’Etna. Cependant l’état de certains routes devenues de véritables décharges publiques contrastent un peu l’image de la belle île sicilienne.

On espère pouvoir y revenir d’ici quelques années pour faire les iles éoliennes, la réserve de Zingaro et Catane entre autres…

Vous pouvez voir plus de photos de la Sicile et dans un plus grand format sur mon compte Pinterest ou sur un article collaboratif du blog de Pauline


Booking.com

Autres destinations

Palenque au Mexique

MEXIQUE

Visite de Rome

ROME

DSC_0164

LYON