• visiter
  • lieux à voir
  • infos budget
  • infos transports

MOSCOU

Et nous revoilà sur les routes des 4 coins du monde pour la suite de nos carnets de voyages avec un séjour à Moscou et Saint-Pétersbourg. Après avoir obtenu nos visas russes sans trop de difficulté, nous sommes partis dans la capitale russe pour 2 jours bien remplis. En voici notre récit :



Arrivée à Moscou

Après 3h50 de vol depuis Paris, nous arrivons enfin à l’aéroport Sheremetyevo de Moscou. Nous prenons un billet pour l’aeroexpress qui est un train qui connecte l’aéroport  de Moscou avec le centre ville en 35 minutes. C’est assez bien indiqué, il suffit de suivre la pancarte avec un train dessiné dessus. Ce train nous dépose à la gare Belorusskiy où nous pouvons prendre le métro.

Il existe d’autres Aeroexpress qui connectent les autres aéroports de Moscou avec le centre ville : Celui de l’aéroport Domodedovo vous dépose à la gare de Paveltsky et celui de Vnukovo va à la gare de Kievsky. Les billets peuvent aussi être achetés via internet et l’e-billet est valable pour n’importe quel départ.

 

Arrivés en gare Belorusskiy, nous sommes alors confrontés à la barrière de la langue ! Comment demander à la vendeuse de billet que nous voulons 2 tickets simples pour prendre le métro? Heureusement qu’on avait acheté un petit dictionnaire de voyage franco russe… Il existe également l’astuce d’avoir un smartphone avec l’application Google translate. Vous téléchargez le pack russe avant votre départ et ainsi vous avez accès à l’application pendant votre voyage même sans avoir de connexion wifi.

Une fois nos billets compostés nous nous retrouvons dans un gigantesque labyrinthe avec des panneaux dans tous les sens et en cyrillique ! Et là, on se sent seul pendant 10 minutes le temps de comprendre comment fonctionne le métro. Et finalement, c’est assez simple! J’écrirai un article complet sur le métro en Russie.

En résumé pour prendre le métro : Un même quai dessert les 2 directions d’une ligne, il suffit juste de regarder sur quel quai (gauche ou droite) est affiché le nom de notre arrêt (seuls les arrêts restants sont affichés ou sont en caractères gras).

 

 

 

Une fois arrivés à notre hôtel (City Comfort Hotel), nous repartons pour faire un petit tour du quartier avant d’aller manger. Pour les hôtels, bon courage pour avoir un tarif intéressant, car le logement à Moscou est très cher!

1ère journée à Moscou

Le premier jour de visite commence par le quartier Kitai Gorod Iauza, la « ville chinoise», emplacement de notre hôtel.

Nous partons de la place Slavïanskaïa et nous remontons la Loubianskiï Proïezd pour rejoindre la grande place Loubianskaïa où se trouve l’immeuble blindé de l’ancien KGB où défilèrent les polices secrètes à partir de 1918, dont la façade est en cours de rénovation.

 

Près de la concession Lamborghini-Bentley-Aston Martin, nous passons sous le passage Tretiakov (qui est un raccourcit crée par le Mécène Sergueï Tretikov en 1870) qui abrite de nombreuses boutiques de luxe. Celui-ci nous mène à la rue Nikolskaïa (rue des imprimeries).

 

 

 

Sur cette rue, nous prenons notre petit déjeuner dans une boulangerie à la française dont la décoration est assez sympa et les viennoiseries réussies. Coup de cœur pour le jus d’orange pressé devant nous, un vrai régal.

 

 

 

Nous passons devant l’imprimerie du Saint Synode (au n°15) à la façade bleu ciel et blanche ornée de moulures (lion, licorne, faucille et marteau…). C’est la première imprimerie russe qui avait été construite en 1563 puis reconstruite en 1815 par Mironovski.

 

 

 

Nous allons ensuite sur la Teatralnaïa Plochtchad où se trouvent les différents théâtres de la ville dont le plus prestigieux théâtre de Russie ouvert en 1825: le Bolchoï (= Grand) anciennement Théâtre Petrovski. Durant les nuits blanches, il fallait compter 130euros la place pour aller voir le Lac des Cygnes!

 

 

A droite du Bolchoï, le théâtre Maly (= Petit) de 1818. C’est le commerçant Varguine qui a fait construire le bâtiment et qui le loua à  » La Direction Impériale des spectacles de théâtre ». Malheureusement, en rénovation, on ne peut voir ni sa façade, ni la statue d’Alexandre Ostrovski (grand auteur de pièce de XIXème et fondateur du théâtre national russe) qui siège en son honneur devant le théâtre depuis 1929.

 

A gauche, le théâtre académique des jeunes (qui était autrefois le Théâtre Central des enfants). C’est ici que nous avons retiré nos billets pour l’Opéra qui se joue au Bolchoï New Stage (autre bâtiment au fond à gauche du Bolchoï) après avoir acheté nos places via internet.

 

 

Nous revenons ensuite sur nos pas pour aller sur la Place du Manège. D’ici, on peut voir :

– Les dômes (coupoles de verre) du centre commerciale souterrain Okhotny Riad construit sous la place au début des années 1990 avec une statue du Saint patron de Moscou, Saint-Georges frappant le dragon de sa lance.

 

 

 

- Les fontaines de la Neglinka qui ont été aménagées notamment du côté des murs du Kremlin, pour les 850 ans de Moscou et qui imitent le lit de la rivière Neglinka. Elles sont décorées de statues de Zourab Tsereteli  qui illustrent les contes populaires russes de Pouchkine, personnages connus des enfants russes.
- Le Musée d’histoire et le monument au héros de l’Union Soviétique George Konstantinovitch Joukov qui a été construite en l’honneur des 50 ans de la Victoire de la Grande guerre patriotique. Ce monument représente le maréchal qui participe à la parade historique qui eut lieu le 24 juin 1945 sur la Place Rouge de Moscou.

- Le jardin d’Alexandre: Situé sur une pente de la colline Borovitsky, il est accolé le long du mur est du Kremlin. Autrefois, en ce même endroit se trouvait la rivière Neglinka qui était reliée à la Moskova. Le Kremlin se trouvait donc entouré d’eau, ce qui le rendait inaccessible. Après la Guerre Nationale de 1812, il a été décidé de combler le fossé et de créer des jardins sur ordres de l’Empereur Alexandre I.

- Les ruines, les gravats de maisons détruites par les armées napoléoniennes ont servies en 1841 à l’édification de la grotte appelées « Les ruines » au pied de la tour Sriednaïa Arsenalnaïa. Cachées par les travaux de rénovations.

- L’obélisque érigé 10 juillet 1914 pour commémorer le tricentenaire de la dynastie des Romanov. Les noms des Romanov ont été remplacés après la Révolution d’Octobre par les noms de grands révolutionnaires et des philosophes russes.

 

 

La flamme éternelle qui brûle devant la tombe du soldat inconnu rend hommage aux millions de Russes morts durant la Deuxième Guerre mondiale. Elle provient de la flamme qui se trouve sur le Champs de Mars de Saint-Pétersbourg (à l’époque Leningrad). La tombe où il est inscrit « Ton nom est inconnu, ton exploit est immortel » a été inaugurée en 1967 et est gardée par deux soldats qui se relèvent toutes les heures de 8 heures à 21 heures. Elle renferme les dépouilles des soldats anonymes de l’Armée rouge morts en 1941 lors de la défense de Moscou ; au kilomètre 41 de la route de Leningrad.

En se dirigeant vers la porte de la Résurrection qui sépare la place des Manège de la place rouge, on peut voir incrusté dans le sol une étoile en bronze avec l’inscription suivante «Kilomètre zéro des voies de communication de la Fédération de Russie». Cette étoile représente le point de départ de toutes les voies de transports russes qui existent depuis 1966. A Moscou, toutes les distances sont établies à partir de ce point. Les passants ont l’habitude de se placer leur deux pieds sur cette étoile et de jeter une pièce en arrière en faisant un vœu pour qu’il soit exhaussé ! (et d’autres personnes s’empressent aussitôt de ramasser les pièces !)

Nous arrivons ensuite sur la Place Rouge. D’ici on peut voir :

- Le musée historique d’état (ou Musée National d’Histoire), construit en brique entre 1875 et 1881 par Sherwood, est spécialisé dans l’histoire de la Russie et abrite des pièces qui datent de la préhistoire jusqu’aux œuvres d’art acquises par les Romanov.

 

 

 

- La Cathédrale Notre-dame-de-Kazan, qui est consacrée à l’icône de Notre-Dame de Kazan, dont une ancienne copie fut restituée par le pape Jean-Paul II à la Russie en 2004. De bois, puis de pierre, elle fut modifiée, détruite puis reconstruite en 1993.

 

 

 

- Le GOUM, Glavny Ouniversalny Magazin (Magasin principal universel) qui a été construit en 1893 en grès, marbre et granite avec une immense verrière. Il était à l’époque le plus grand centre commercial au monde. Il accueil près de 200 boutiques de luxe et de sport.

 

 

Le mausolée de Lénine qui expose depuis 1924 (année de sa mort) le corps embaumé de Vladimir Ilitch Lénine, révolutionnaire et homme politique soviétique. Le corps de Joseph Staline fut exposé entre 1953 et 1961, à côté de celui de Lénine. Il fut ensuite déplacé juste derrière le mausolée, vers le petit cimetière réservé aux dirigeants communistes. Le mausolée est maintenu à 16,6 °C avec un taux d’humidité de 70 %. L’état du corps de Lénine reste excellent après plus de 80 ans de conservation. Accès gratuit de 10h à 13h sauf lundi et vendredi.

- La Cathédrale de Basile-le-Bienheureux (ou l’église de l’Intercession-de-la-Vierge-sur-le-Fossé) qui a été construite en 1555 et abrite le tombeau de Basile le Bienheureux. Pour la petite histoire, Ivan le terrible aurait fait crever les yeux de ses bâtisseurs…

 

 

 

Après avoir visité la cathédrale Saint Basile, nous traversons la Moskva par le Pont Bolchoï Moskvoretskï Most afin de voir le Kremlin sous un autre angle.

 

 

 

 

Nous avons descendu la Oulitsa Bolchaïa Ordynka jusqu’à la station de métro Tretiakovskaïa où nous avons fait une halte pour manger un sandwich dans un fastfood.

Nous reprenons la Oulitsa Bolchaïa Ordynka pour passer à côté de l’église de Saint Nicolas de Pyji avant d’arrivée au couvent de Saint Marthe-et-Marie. Le couvent de Marfa abritait un ordre fondé en 1908 par la duchesse Elisabeth Fiodorovna qui en était la supérieure. En 1918, les bolchéviks s’assassinèrent et le couvent perdit un temps ses religieuses.

 

 

Nous continuons notre chemin jusqu’à arriver au parc des Arts créé en 1991 (un an après la dissolution de l’URSS). Il s’agit d’un vaste complexe d’arts contemporains avec des sculptures éparpillées un peu partout dans un parc. Certaines statues représentant des personnalités du pouvoir soviétique qui ont été enlevées de leur place d’origine et qui ont atterries ici, dans ce parc. Lieu assez étrange mais balade agréable.

 

Puis nous remontons le Krymskaïa Nab. Jusqu’au pont Bolchoï Kamennyi Most afin de redescendre vers la Cathédrale du Christ-Saint-Sauveur. Attention, ici, pour rentrer dans la cathédrale il faut porter un foulard pour couvrir ses cheveux pour les dames et un pantalon pour les messieurs sinon accès refusé par le vigile (on a testé !).

 

 

Après avoir visité la bibliothèque National de Lénine, nous prenons le métro pour nous rendre à l’étang des patriarches et se reposer un peu.  Cet endroit s’appelait autrefois la « Mare aux Chèvres » car à proximité se trouvait un élevage de chèvres qui utilisait comme pâturage une partie des marécages. Ici , c’est un lieu où les peintres en herbes se donnent rendez vous pour représenter le joli pavillon qui date de 1938. De plus, près de l’étang se trouve un monument en hommage au poète Ivan Krylov qui est représenté avec les douze personnages de ses fables un parc. En hiver l’étang est transformé en patinoire.

Nous retournons sur la place rouge pour prendre quelques photos de la basilique ainsi que nous rafraichir sous les fontaines de la place du manège avant d’aller manger au restaurant Hataxtapu.

Avant de rejoindre notre hôtel, et comme il fait encore jour à 23h, nous faisons un dernier petit tour sur la rue Ilinka, le rue des Banques, pour voit l’église Sainte-Trinité-de-Nikitniki

Puis nous passons sur la rue Varvarka, (rue des hôtels de marchands anglais et paroisses), pour voir:

Palais des Boyards Romanov- le Palais des Boyards Romanov construit au XVIème siècle par Nikita Zakharin (le grand-père de Mikhaïl Romanov) et qui fut la demeure de la famille régnante de Russie : « Les Romanov » avant que celle-ci ne s’installe au Kremlin. En 1859 le palais est restauré puis converti en un musée : l’un des premiers de Moscou.

 

 

 

Hotel des anglais moscou- L’Ancien hôtel des Anglais qui est un des logements les plus anciens de Moscou. Construit au XVIe siècle, quand Ivan le Terrible offre certains privilèges aux marchands anglais, il héberge aujourd’hui une exposition dédiée à ces échanges entre ces deux empires : vin et armes vers la Russie contre fourrures et caviar vers l’Europe.

 

Retour à L’hôtel bien mérité pour cette journée de marche sous 38°C !

2ème journée à Moscou

Aujourd’hui, c’est la visite du Kremlin sous un beau soleil qui se prépare. Petite pause déjeuner à la boulangerie française rue Nikolskaïa avant d’arriver sur la Place Rouge. Nous passons la porte de la Résurrection pour arriver au parc Alexandrovski et nous allons directement au kiosque qui vend les billets d’entrée au kremlin.

Le guichet se trouve juste après la tour Koutafia, en contre bas. Ici, on peut Acheter les billets pour l’accès au Kremlin, mais aussi un billet pour visiter le palais des armureries. La visite de ce palais dure 1h30 et il n’y a que quelques séances (10h00 -12h-14h30-16h30) afin de limiter le nombre de visiteurs. Regarder bien l’heure qui est indiquée sur votre billet si vous décidez de visiter le palais des armures.

Une fois les billets en main, il y a 2 possibilités pour entrer au Kremlin :

  • l’entrée par la tour Koutafia par laquelle on accède côté palais du Kremlin,
  • ou soit pas la tour Borovitskaya, qui donne accès côté Palais des Armures.

- Le Palais des armures (les photos sont interdites à l’intérieur) : ce bâtiment construit en 1851 était dédié à la fabrication et au stockage des armes et des défenses de corps royales. Aujourd’hui c’est un musée où sont exposés costumes, carrosses, armes, œufs de Fabergé, services des tables  qui appartenaient autrefois aux Princes et Tsars. Une fois à l’intérieur, on peut acheter un billet pour accéder aux Fonds des Diamants pour voir le fameux diamant ORLOV de 189 carats qui est monté sur le Sceptre Impérial.
- Le Palais du Kremlin (ne se visite pas) fut construit entre 1837 et 1851, c’était la résidence du tsar lorsqu’il séjournait à Moscou, et qui contient 9 églises, 700 chambres ainsi que le Palais des Terems.

 

- La Cathédrale de l’annonciation, bâtie en 1560, elle est composée de 4 chapelles dédiées à St Miche, à l’Entrée à Jérusalem, à la Synaxis de la Sainte Vierge e à St George. La dernière chapelle fut rebâtie et consacrée en  1822 en honneur à Saint Alexandre Nevski, patron céleste de l’empereur Alexandre Ier. L’iconostase de la cathédrale est l’une des plus anciennes de Russie. Elle comprend presque 1000 icônes. Cette église privée des grands princes et tsars de Russie était destinées au x cérémonies à caractères familiales.

 

- La Cathédrale de l’Archange, église nécropole des princes de Moscou et premiers tsars de Russie consacrée à l’archange st Michel qui fut le patron de l’armée russe. Cette nécropole royale est la plus grande de Russie (personnages de 1340 à 1730) avec les portraits funéraires au dessus des tombeaux des princes.
- La Reine des cloches, fondue en 1735 par plus de 200 hommes pour le grand père de la Tsarine Anna Ière, Alexis Ier. Elle a été brisée en 1737 dans un incendie. Le « petit » éclat qui s’est détaché de la cloche ne pèse que la bagatelle de 11.5tonnes !

- Le Roi des Canons, fondu en 1586 à la demande du fils d’Ivan le terrible, le tsar Fédor Ier, a un calibre de 89cm. Cet obusier est le plus grand du monde, et il n’a pourtant jamais été utilisé! A noter que les boulets n’auraient pas pu servir puisqu’ils ont un diamètre supérieur au calibre du canon!

 

 

 

-Le Clocher d’Ivan le Grand (exposition temporaire, payant), le plus haut clocher du Kremlin (81m de haut) a été construit entre 1505 et 1508. Il sert de campaniles aux autres cathédrales qui n’en ont as : Cathédrales de la Dormition, de l’Annonciation et de L’archange Saint Michel.

- La Cathédrale de l’Assomption (ou de la Dormition), construite entre 1475 et 1479 est la principales cathédrale de l’Etat Russe, nécropole des métropolites et des patriarches de Moscou. C’est ici que les monarques étaient sacrés, les chefs d’églises choisis et intronisés, le Te Deum étaient chantés avant une campagne ou après une victoire russe, les actes d’états étaient prononcés.

 

 

- La Cathédrale de la Déposition de la robe de la sainte vierge, est une église privée des métropolites et patriarches de Moscou et de tout la Russie fondée en 1484. Elle fut construite par Jonas une première fois en 1451 pour commémorer la délivrance de Moscou à l’invasion tatare, le 1 juillet (jour de la déposition). Les iconostases datent du XVème siècle.

 

 

- Le Palais des patriarches, bâti en 1652-1653 sur ordre du patron Nikon un palais à 3 étages avec église dédiée au St Apôtre Philippe. Les chefs de l’église russe avaient le titre de métropolite et devaient être confirmée dans cette dignité par les patriarches de Constantinople. Puis en 15989, le patriarcat fut étable. Ils étaient intronisés dans l’église de la dormition.

- L’Arsenal, ancienne armurerie construit en 1736 (plusieurs fois détruit puis reconstruit), il abrite aujourd’hui le régiment du Kremlin qui est chargé de la sécurité du président russe.

- Le Sénat, construit entre 1776 et 1787 était le siège du gouvernement de l’empire russe. Aujourd’hui, il abrite l’administration présidentielle russe.

- Le Palais des Terems, construit en 1637, est une ancienne résidence des tsars. Il était constitué de 4 étages dont le rôle de chacun était, en partant du RDC au 4ème étage : la conservation de la nourriture (eau/légumes) et des bougies, la confection des vêtements de la famille royale dans les ateliers de la tsarine, la salle de bain, l’appartement de la famille royale et le lieu de réunions privées. De nos jours, le palais est devenu  la résidence officielle au président russe.

- Le palais à facette, reste d’un ancien palais royal construit à partir de 1465 par ordre du tsar Ivan III Au premier se trouvent le Vestibule Sacré et la salle principale richement décorées de fresque. Cette dernière était la salle du Trône et une salle de banquets à l’usage des tsars. De nos jours, elle est utilisée pour des réceptions officielles. Au sud du palais se trouve un grand escalier, le Perron Rouge, il permettait aux tsars de rejoindre la cathédrale de la Dormition lors des cérémonies de couronnement. En 1682, lors de la Révolte de Moscou, plusieurs membres de la famille de Pierre le Grand furent jetés au bas de cet escalier sur les lances des Streltsy (corps militaire russe).
La visite du Kremlin étant terminée, nous rejoignons ensuite le théâtre des enfants à gauche du théâtre Bolchoï afin de récupérer nos places pour l’opéra de ce soir qui a lieu à 19h au New Stage, une salle dans un bâtiment à gauche du Bolchoï.

Soudainement il se met à pleuvoir! ça tombe bien, il est l’heure de manger! Nous entrons dans un des premiers restaurants que nous apercevons. Il s’agit plutôt d’une taverne de type allemande à la gloire de Munich. Nous laissons passer la pluie avant de reprendre le cours de notre visite.

Nous nous rendons au centre commercial de la place des manèges qui se trouve en sous sol (Okhotny ryad). Ce complexe a été créé en 1990. Seul la coupole du plafond se voit sur le parvis de la place, avec le patron de Moscou au dessus: Saint George. En dessous, 3 étages de galeries marchandes.

Nous allons ensuite place Komsomolskaïa où se trouve les 3 gares de Moscou:

- La Gare de Saint-Pétersbourg (renaissance italienne): En 1842 la construction du premier chemin de fer en Russie reliant Saint-Pétersbourg à Moscou est signée par Nicolas I. La gare de Moscou est terminée en 1849, elle est identique à la gare de Saint-Pétersbourg. Le chemin de fer reliant Saint-Pétersbourg à Moscou a été rebaptisé en 1855 «Chemin de fer de Nicolas » et en février 1923 « Chemin de fer d’Octobre ». En 1924 la gare est devenue la gare de Leningrad, suite au changement de nom de Saint-Pétersbourg avant de retrouver son nom d’origine.

 

Au cours du siècle passé, la gare de Saint-Pétersbourg a été reconstruite plusieurs fois pour augmenter sa superficie. Il ne reste d’origine que la façade qui donne sur la place Komsomolskaya. La gare a été reliée par des passages souterrains aux stations de métro.

- Gare de Laroslav (moderne): Construite en 1862, reconstruite en 1904 (bâtiment actuels) puis agrandit en 1966 et en 1995, elle était la première gare d’importance de la capitale russe. Avec la gare de Kazan, c’est la gare principale qui dessert le Transsibérien. Elle relie aussi Moscou à la Vladivostok et à la Chine. Ses lignes mènent à l’Oural, à la Sibérie et au nord de la Russie.La gare a été reliée aux stations de métro.

 

- Gare de Kazan (style néo russe). Avant de s’appeler Kazan en 1894, cette gare s’appelait la gare de Riazan. Elle a été construite en 1862 en bois puis en pierre en 1864. Le chemin de fer ayant été prolongé en 1893 jusqu’à Kazan, il a été nécessaire de la reconstruire à partir de 1913 par Chtchoussev, jusqu’en 1940. Elle fut ensuite restaurée et agrandie 1997. Le passage souterrain qui relie les 3 gares de la place Komsomolskaya est devenu le plus long de la capitale russe.

 

C’est à la gare de Saint-Pétersbourg que nous allons pour récupérer nos billets de train, réservés par internet. Et là, c’est assez étonnant! Chaque guichet a des horaires particuliers : ce sont les horaires de l’employé qui sont affichés et qui s’appliquent au guichet. Si une pause est programmée de 18h à 18h15, et bien vous restera 15 minutes sans personnel (c’était notre cas !). Il ne vous restera plus qu’à attendre que la personne finisse sa pause! Chaque guichet a donc des horaires d’ouvertures différentes. Billets de train en poche (après 1h de queue), nous n’avons plus qu’à nous rendre à Teatralnaïa Plochtchad.

A 19h, nous assistons à l’opéra La Bohème. La salle est magnifique et des décors du spectacle très beaux. Seuls hic, nous ne comprenons rien à ce que chantent les acteurs! Merci internet pour l’explication de la pièce qui finalement, même sans parole, se comprend bien (une fois qu’on connait l’histoire!).

Après avoir mangé une nouvelle fois au restaurant Hataxtapu, nous rejoignons la gare pour attendre tranquillement le train de 00h23. Après être monté dans le train, un peu difficile de savoir quelle cabine nous est réservée. Sur le billet, tout est en russe ! Nous demandons aux personnes dans les autres cabines de nous aider. Une fois installé, le personnel nous demande si nous voulons dîner… Heu… il est 1h du matin, on préfère dormir!

 

Ainsi se termine notre aventure moscovite. La suite de notre séjour se trouve sur le carnet de voyage de Saint-Pétersbourg.


Autres destinations

Visite de Marrakech

MARRAKECH

DSC_1110

ASTURIAS

Carnet de voyage en Guadeloupe

GUADELOUPE