• visiter
  • lieux à voir
  • infos budget
  • infos transports

Lieux à voir à Amsterdam par quartiers

Le quartier rouge

Située sur l’Oudekerksplein, Oude Kerk est la plus ancienne église de la ville: les premiers travaux datent de 1300. Edifiée par les pécheurs sur les vestiges d’une chapelle en bois, elle fut dédiée à Saint Nicolas, patron des pécheurs. Elle fut convertie au culte reformé en 1578 et modifiée au XVIème siècle, en mélangeant Gothique et Renaissance.

On’s Lieve Heer op Solder (Notre-Seigneur au grenier) est une église construite entre 1661-1663 à l’intérieur des 3 derniers niveaux de maisons particulières du XVIIème siècle. Il s’agit d’une shuilkerk (église clandestine) car à l’époque, le culte catholique était interdit puis tolérée sous réserve d’absence de publicité. Depuis le 28 avril 1888, l’église est devenue  le Roomsch Katholiek Museum (Musée catholique romain), le plus ancien d’Amsterdam après le Rijksmuseum. Il s’appelle actuellement le Museum Amstelkring

Le Oudezijds Voorburgwal (OZ). Ce canal près de l’ancien port, à l’origine un ruisseau, était sans doute voué à devenir le quartiers des pécheurs (et des pècheresses !) Oui, c’est ici que l’on peut observer les nombreuses vitrines éclairées avec des néons de couleurs rouges où des dames dénudées occupées à danser, téléphoner ou même lire un magazine pour passer le temps…

Le Temple Guang Shan He Hua est le plus grand temple bouddhiste de style traditionnel chinois européen édifié en 2000 sur les ruines d’un monastère catholique médiéval. Il a été construit par l’ordre bouddhiste Fo Guang Shan, communauté originaire de Taiwan qui aspire à favoriser le dialogue inter-religieux et unir toutes les écoles bouddhistes. Le He Hua (fleur de lotus) impressionne par ses couleurs,  sa taille ainsi que par sa riche décoration, à l’opposé de la sobriété néerlandaise. Les activités de cette communauté ne manquent pas : séances de méditation, cérémonie du thé, conférences, lectures …. Chaque dimanche à 10h30 c’est l’occasion d’entendre des enseignements du Bouddha à condition de comprendre la langue ! En dehors des activités, l’entrée demeure libre à condition de respecter le lieu.

Du haut de Schreierstoren, la tour des pleureuses, les femmes de marin regardaient leur mari prendre la mer…

Achat de billets pour visite guidée du quartier

Le Rokin

La Munttoren (Tour de la Monnaie), construite entre 1480 et 1487, est une tour située à l’emplacement d’une des trois principales portes qui donnait accès à la cité au Moyen Âge : la Regulierspoort. A l’origine, la porte était composée de deux tours et un poste de garde, mais après un incendie en 1618 qui eut détruit la porte,  seule la tour ouest fut reconstruite. Plus tard vers 1620 une flèche avec une horloge à quatre cadrans et un carillon furent ajoutés à la tour d’après un projet de Hendrick de Keyser. Les cloches furent vendues en 1873 comme ferraille. Certaines sont visibles au Musée historique d’Amsterdam et les autres ont été réinstallées. Le carillon, composé actuellement de 38 cloches (soit 11 de plus qu’à l’origine) sonne toutes les 15 minutes. Chaque demi-heure et heure, l’horloge sonne le nombre de coups requis. Chaque samedi, entre 12h et 13h, un concert est donné par un carillonneur.

En 1672, les troupes françaises avaient envahi une grande partie du pays, ce qui empêcha le transport de l’or et de l’argent vers les villes où l’on frappait la monnaie : Dordrecht et Enkhuizen.  Amsterdam reçut temporairement le droit de frapper la monnaie, d’où le nom de cette tour, car la monnaie était frappée à cet endroit (dans le corps de garde).

Le Bloemenmarkt est l’unique marché aux fleurs flottant au monde un marché aux fleurs. Il est situé sur le Singel et s’étendant entre Muntplein et Koningsplein. Les boutiques sont situées sur des bateaux arrimés au bord du canal, comme à l’époque à laquelle tous les arbres et plantes étaient quotidiennement acheminés depuis l’extérieur de la ville via les canaux. Le marché rencontre un tel succès depuis une décennie auprès des touristes qu’en plus des bulbes on y trouve des souvenirs. Des restrictions sur les quantités de souvenirs qui peuvent être vendues ont été imposées par la municipalité pour ne pas menacer la vente de fleurs.

Staalstraat, longue rue pleine de charme, enjambe deux canaux grâce à points levis.

Le Beguinage

A deux pas de Kalverstraat qui est l’artère commerçante principale de la ville, le Beguinage tient son nom des béguines. Les béguines étaient des femmes célibataires ou veuves appartenant à une communauté religieuse laïque. Elles vivaient en maisons individuelles regroupées autour d’une chapelle pour former un ensemble appelé le « béguinage ». Au Moyen Age, le béguinage était complètement entouré d’eau et le « Passage des béguines » (Begijnensteeg) était l’unique entrée composée d’un pont au-dessus du Begijnensloot. La seconde entrée située sur le Spui fut ajoutée au XIXe siècle (9h00 à 13h00 tous les jours)  Il était située à un mètre en dessous du niveau du reste de la vieille ville. Il abrite aujourd’hui l’Église réformée anglaise (De Engelse Hervormde Kerk) construite au XIVe siècle, une chapelle et au n°34, la plus vieille maison de la ville qui date de 1477 : la «Maison de Bois » (Het Houten Huys).

La place de Spui  est l’ancien fief des « provos » : ce mouvement initié par Robert Jasper Grootveld est le premier constitué de jeunes anarchistes contestataires qui se défoulaient après leur cours autour de la statue de Het Lieverdje (enfant rebelle amstellodamois qui symbolise leur esprit frondeur) à l’occasion des Happening qui se déroulèrent entre 1966 et 1968. Le Spui a été restauré pour devenir la place culturelle de la ville : c’est le point de rencontre des intellectuels. Tous les vendredis, un marché aux livres anciens, et tous les dimanches un marché d’art contemporain. Au sud de la place se trouvent terrasses de plusieurs des cafés et restaurants réputés comme par exemple le café blanc «Luxembourg » (blanc = côté design, lumineux et décoration minimaliste)  et le café brun « Hoppe » véritable institution depuis 1670 (brun= avec intérieur en bois sombre dont les murs ont été souvent jaunis par la nicotine).

En 1975, s’ouvre un passage qui relie le Beguinage au musée d’Amsterdam, c’est le Schuttersgalerij qui exposait autrefois  d’immenses portraits des gardes civiques moyenâgeux chargés d’assurer la défense de l’un des onze quartiers de la ville. On y trouve aujourd’hui des œuvres contemporaines comme des photos des principaux chorégraphes néerlandais ou même des joueurs de l’Ajax ainsi qu’un géant menaçant qui semble garder l’entrée.

Le Maagdenhuis, « la maison des vierges », bâtiment austère en brique aujourd’hui rattaché à l’Amsterdam Museum était autrefois l’orphelinat des jeunes filles. Le musée retrace l’évolution de la ville depuis sa construction était au XVIIIème, quartier par quartier au travers des nombreuses œuvres d’art et découvertes archéologiques.

Prinsenhof

Le Nieuwmarkt , nouveau marché, est une des places principales de la ville d’Amsterdam située dans le quartier chinois amstellodamois près de De Wallen (Quartier rouge). Tous les jours, cette place accueille un marché en plein air ( l’été : bio le samedi et aux puces le dimanche. Certains panneaux  de nom des rues situés près de la place sont écrits en néerlandais et en chinois. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la place fut utilisée comme point de rassemblement par les nazis pour les Juifs avant leur envoi dans les camps de concentration. Au cœur de cette place se trouve le Waag.

De waag était à l’origine une des portes de la ville connue sous le nom de « Sint Antoniespoort » ( Porte Saint-Antoine), située dans le prolongement de la Zeedijk. Elle faisait partie d’un système de fortification médiéval construit le long de l’actuel Singel, du Geldersekade et du Kloveniersburgwal. Cette citadelle, construite entre 1481 et 1494 se composait de tourelles de défense et de portes d’accès reliées entre elles par un mur d’enceinte en brique. Certaines parties du mur ont survécu sur la section située le long du Geldersekade. Les seules portes d’accès médiévales qui ont survécu sont la Sint Antoniespoort et une partie de la « Regulierspoort ». Dans la tour située à l’intersection entre le Geldersekade et le Zeedijk se trouve la plus ancienne pierre de pignon de la ville. cette pierre on peut voir inscrit « MCCCCLXXXVIII de XXVIII dach in April wart d’eerste steen van dese poert gheleit », qui signifie : « le 28 avril 1488 fut posée la première pierre de cette porte. » De Wagg fut transformé en maison de pesée lorsqu’au XVIIème siècle, la citadelle fut détruite.

La maison Trippenhuis fut construite vers 1660, c’est l’une des seules maisons à Amsterdam à pouvoir rivaliser avec les palais vénitiens.

Oost-Indisch Huis, grand bâtiment en briques rouges et pierres jaunes fut au XVIIème siècle le siège de la compagnie des Indes Orientales qui ramenait de l’orient des épices, des étoffes et de la porcelaine. Les ventes publiques des marchandises avaient lieu deux fois par an dans la cour. Au-dessus du bâtiment il est écrit VDC (Verenigde Oost-Indische Compagnie).

Les bouquinistes ont élus domicile dans les niches du Passage Oudemanhuispoort qui relie deux canaux ; L’Oudezidjs

Ahterburgwal et le Kloveniersburgwal. Belle cour intérieure et gravures anciennes donne un charme d’antan…

Le Dam

Le Koningklijk Paleis dessiné par l’architecte Jacob Van Campen du Siècle d’Or fut jusqu’en 1808 l’hôtel de ville d’Amsterdam. Il devint ensuite la résidence royale de Louis Bonaparte, roi de Hollande qui le transforma en musée royal. En 1810, il devient palais impérial au même titre que Fontainebleau, puis redevient hôtel de ville en 1813 ! En 1936, il appartient au pays bas et c’est ici que le souverain actuel organise des réceptions officielles. (visite virtuelle http://www.paleisamsterdam.nl/en/visit/virtual-tour)

La Nieuwekerk (Nouvelle Eglise) est l’église nationale des Pays-Bas mais aussi un lieu majeur d’expositions d’Amsterdam. Elle a été construite après la Oudekerk (Vieille Eglise) qui était trop petite pour recevoir la population amstellodamoise. En 1578 l’Altération entraine de grandes modifications : l’église, affectée au culte catholique, fut consacrée comme toutes les autres églises d’Amsterdam au calvinisme. Le catholicisme a été interdit depuis cette année-là au sein de la ville. Les églises du pays avait alors été dépouillées par la communauté néerlandaise réformée de leurs décorations (fresques médiévales, statues…) afin de marquer la rupture avec l’ère catholique. La Nieuwe Kerk devint un lieu d’inhumation des grands héros de la marine hollandaise : l’amiral Michiel de Ruyter, le capitaine Jan van Speijk, le commodore Jan van Galen ou même le poète dramaturge Joost van den Vondel furent enterrés ici. En 1808 la Nieuwe Kerk fut nommée église nationale du royaume des Pays-Bas.

La bourse d’Amsterdam ou Bourse de Berlage (Beurs van Berlage) est un des grands monuments de l’architecture néerlandaise du XXème siècle. Cet édifice en brique a été construit entre 1898 et 1903. Première grande commande d’un architecte inconnu Hendrik Petrus Berlage qui  devint mondialement célèbre. Ce bâtiment, destiné à héberger toutes les opérations de bourse a ouvert ses portes en 2003 au Musée de la Bourse de Berlage, permettant à une partie de cet édifice d’être ouvert au public. De plis, il est le siège de l’orchestre philharmonique néerlandais.

Ancienne poste central, la Magna Plaza a été transformé en un élégant centre commercial. Avoir absolument : la cage d’escaliers !

Le Jordaan

Après l’altération, la population d’Amsterdam a grandi de 30.000 à 200.000 habitants en un siècle. Pour loger le nombre grandissant de travailleurs  dû  à l’exode des habitants des zones rurales vers la ville ainsi que l’arrivée de réfugiés et d’autres, le quartier « Jordaan » fut construit.

L’église Westerkerk, construite par l’architecte municipal Hendrick de Keyser vers 1620 pendant l’expansion  du culte protestant, est la plus grande d’Amsterdam. C’est d’ailleurs la plus grande église protestante des Pays Bas. (Oudekerk et Nieuwekerk étant des églises catholiques). Sa tour est la plus haute d’Amsterdam (clocher à 85m). Le clocher est célèbre par le carillon de 50 cloches joué à la main plusieurs fois par jour et la couronne de l’empereur Maximilien Ier d’Autriche. Il offre d’avril à novembre un beau panorama sur la ville et plus particulièrement sur le quartier de Jordaan. A l’intérieur de l’église est enterré le peintre Rembrandt (mais on ne sait pas où !). La future reine Béatrix a épousé le prince Claus dans la Westerkerk le 10 mars 1966. Chaque mardi un concert a lieu de 12h à13h.

La Maison Anne Franck : En mai 1940, l’armée allemande occupe les pays bas et les mesures antijuives s’intensifient ici également. Le 6 juillet 1942, Otto, Edith et leurs filles Margot et Anne entrent dans la clandestinité, dans le bâtiment où Otto Franck a son entreprise. Le bâtiment où Anne Franck vécut recluse  avec sa famille et une autre famille durant deux ans avant d’être déportée au camp de Bergen-Belsen comprend deux parties : une maison côté rue et une annexe derrière aux étages supérieurs. C’est ici que son journal intime, poignant témoignage d’une adolescente avait été retrouvé et publié dans le monde entier. Aujourd’hui cette annexe est transformée en musée.

Réservation coupe file indispensable

L’ancien béguinage Sint Andrieshofje, crée en 1616, accueillait des vieillards dans le besoins. Aujourd’hui, c’est un des coins les plus prisés de la ville. La porte est surmontée d’un blason et au fond du couloir tapissé en faïence, se trouve un jardin fleuris entouré de minuscules maisons.

Le canal Bloemgracht fut creusé en 1612 suite au lancement des travaux de construction du Grachtengordel entre le Leidsegracht et le Brouwersgracht. Plusieurs ateliers de teinture étaient installés le long de ce canal dont ceux de la famille Calkoen. En 1672 une imprimerie située au niveau de Gravenstraat ainsi qu’une partie importante des ouvrages qui y étaient situés furent détruites dans un incendie. Le pont n°120 qui enjambe au coin de Derde Leliedwarsstraat le Bloemgracht fut baptisé Atlasbrug. Rembrandt possédait sur le canal Bloemgracht son atelier au cours des années 1760. Aujourd’hui ce canal est bordé de maisons à pignons, ornées de blasons identifiants l’activité de leur occupants : à voir, celles des n°87, 89 et 91.

EHLB est un édifice d’art nouveau construit en 1905 pour abriter les bureaux de la compagnie d’assurance sur la vie en Hollande.

Le canal des brasseurs, le Brouwersgracht, avec ses nombreux ponts, entrepôts à volets rouges et ses maisons flottantes (woonboten) fleuries amarrées le long des quais c’est une des vues les plus colorés de la ville.

Noorderkerk, dessinées par le même architecte de la Westerkerk, cette église protestante fut spécialement construite pour les habitants de Joordan qui trouvaient la Westerkerk trop bourgeoise. C’ets une des rares églises où sont encores célébrées des messes, et mêmes des concerts de musique classique.

La place de l’ancien marché au beurre, Rembrandtplein, a été rebaptisée du nom du grand maître du Siècle d’Or dont la statue trône au centre. Cette place est bordée de cafés avec de grandes terrasses.

Ancien quartier Juif:

Gassan Diamonds (Tlj 9-17h – Visite 30min) a été fondé en 1945, tout juste après la seconde Guerre mondiale, par Samuel Gassan. Il s’est spécialisé dans l’import et l’export de diamants.  Une visite guidée permet de connaître l’histoire et l’artisanat des tailleurs de diamants (taille, couleur, cara, pureté…) ainsi que comment le est taillé « Gassan 121 », qui compte 121 facettes. On peut même choisir le sertissage et la taille du dimant pour fabriquer son bijou personnalisé qui peut être prêt en 30 minutes. (Clin d’œil à ces messieurs qui cherche le bijou idéal pour leur promise !) On y trouve aussi la boutique Rolex avec des modèles de la marque suisse ou même des Jaeger-Le Coultre, IWC, Omega, Rado, Longines et Tissot.

Rembrandthuis (tlj 10h-18h- Visite 1h ebillet reserve 12.50euros par adulte)

La synagogue portugaise, Esnoga, fut construite au XVIIème siècle (entre 1671 et 1675) à une époque où la communauté séfarade d’Amsterdam était l’une des plus importantes et les plus opulentes d’Europe. Le Premier ministre d’Israël Benjamin Netanyahu la décrivit en janvier 2012 comme l’une des plus belles synagogues qu’il ait jamais vu.

Le Stopera est un bâtiment qui regroupe à la fois l’opéra principal de la ville Muziektheater et la mairie principale de la ville le Stadhuis. L’immeuble se trouve sur la presque île artificielle de Vlooienburg, créée au XVIème siècle. Cet emplacement fut choisi pour accueillir la nouvelle mairie en 1954, afin de remplacer l’ancien bâtiment situé sur le Oudezijds Voorburgwal.

Joods Historisch Museum est abritée dans quatre anciennes synagogues Ashkenazi datant du XVIIème et du XVIIIème siècle, reliées entre elles par des verrières et des passerelles. Ce musée présente la vie et la culture des juifs installés à Amsterdam depuis la fin du XVIème siècle.

Le Blauwnbrug, construit à l’occasion de l’exposition universelle de 1883, emjambe l’Amstel, rivière qui est à l’origine de la création d’Amsterdam. Ce pont est une (pale) imitation du pont Alexandre III à Paris

Quartier des Musées

Le Rijksmuseum  propose l’histoire des Pays Bas du Moyen Âge à nos jours. Le sous-sol présente des œuvres du Moyen Âge et de la Renaissance, le 1er étage celles du VIIIème et XIXème siècles, le 2ème étage rassemble de l’argenterie, des maisons de poupées, des œuvres de Rembrandt comme La ronde de nuit, et au 3ème étage des œuvres du XXème siècle.

Réservation coupe file

Le Van Gogh Museum rassemble la collection la plus complète.

Réservation coupe file

Les suggestions par semaines

Anne aime Amsterdam et aime la partager. Festivals, concerts, expos, parcours dans la ville, bons plans et petites adresses : toutes les semaines, suivez son programme !